Rendre nos villes et villages plus verts

Pour le climat, la biodiversité et notre qualité de vie

Pourquoi nous tirons toutes et tous un énorme bénéfice d’un plus grand nombre d’arbres en bonne santé, de petits et grands espaces verts, de toitures et de façades végétalisées, etc. dans nos villes et villages !

Nous apprécions toutes et tous la qualité et la sérénité qu’inspirent les endroits de verdure qui invitent au repos.
Face aux crises du climat et de la biodiversité, la sensibilisation à l’importance du thème de la végétalisation devra encore gagner en importance. Car même si des mesures sont déjà prises pour lutter contre la crise climatique : les températures continueront à augmenter ! C’est la raison pour laquelle il importe aujourd’hui de conserver et de planter des arbres, de protéger les espaces verts proches de la nature, de végétaliser les toitures et les façades et de renaturer les cours d’eau. C’est la seule issue qui permet de rendre la vie en ville supportable, de réduire les températures, et de prévenir les crues et inondations.

Une plus grande qualité de vie et des espaces de rencontre plus attrayants

Les plantes favorisent le bienêtre et les échanges ; passer du temps à l’extérieur devient d’autant plus agréable. A l’ombre d’un bel arbre, sur un banc entouré de plantes multicolores, au creux d’un ruisseau proche de la nature: ce sont d’autant d’endroits qui invitent à se rencontrer et à s’adonner à ses activités de loisirs. Que ce soit le week-end, pendant la pause de midi ou encore au bout d’une longue journée de travail.

Un climat plus agréable

Les plantes rafraîchissent leur environnement en faisant de l’ombre et en évaporant de l’eau. À l’ombre des arbres, la température de l’air ressentie est jusqu’à 15°C plus fraîche qu’en exposition au plein soleil. Un lieu de refuge idéal lorsque règnent des températures estivales. De même, l’habitacle d’une voiture, la façade d’une maison ou encore un chemin de promenade sont jusqu’à 30°C plus frais lorsqu’ils sont végétalisés ou se trouvent dans l’ombre protecteur des arbres. Qui plus est, la végétalisation d’une façade permet d’économiser 50% de l’énergie primaire en termes de chauffage et de refroidissement ainsi que 90% des coûts d’entretien et de maintenance (par rapport à un système de protection solaire technique).

Une réduction du risque d’inondation

Les surfaces non imperméabilisées et végétalisées, les arbres, les toitures vertes, les cours d’eau naturels et les rigoles recueillent et retiennent l’eau de pluie. Cette-dernière s’infiltre et s’évapore lentement. Elle refroidit ainsi non seulement l’environnement, mais remplit également les réserves d’eau souterraines et décharge considérablement les canalisations. Les toitures vertes intensives peuvent absorber jusqu’à 90% de l’eau de pluie, et la retiennent temporairement pour la libérer de manière différée (les toitures en gravier seulement jusqu’à 29%). Les pluies diluviennes sont ainsi atténuées, ce qui permet d’éviter des inondations.

Un véritable bienfait pour la santé et le bien-être humain

Le contact avec la nature améliore notre capacité de gérer le stress et favorise la détente. Les endroits de verdure encouragent les activités de loisirs en plein air, dont on sait qu’elles exercent un effet positif sur la santé et le bien-être.

Une plus grande diversité d’habitats et d’espèces

Les espaces verts proches de la nature, les arbres, les jardins, les espaces verts le long des rues, les toitures et les façades végétalisées, et bien d’autres encore, sont des oasis naturelles et des biotopes-relais pour de nombreuses espèces animales et végétales. Ils constituent des refuges pour certains êtres vivants, qui, sur les terres agricoles intensives, ne trouvent ni nourriture ni habitat, et permettent à d’autres de traverser sans dommage un espace urbain souvent hostile, et scellé à de nombreux endroits. Ainsi, un jardin entretenu de manière naturelle peut, en l’espace de quelques années, abriter quelque 1.000 espèces animales différentes. Parmi elles, de nombreuses espèces d’oiseaux, des hérissons, des lérots et des muscardins. Ces oasis naturelles offrent également aux humains des moments
de découverte de la nature à proximité directe de leur lieu de vie.

Une durée de vie prolongée des toitures plates

Grâce à la végétalisation, l’étanchéité de la toiture est beaucoup moins exposée aux variations de température : -5°C en hiver jusqu’à +70 °C en été sans végétalisation vs. 10 °C en hiver et jusqu’à +30 °C en été avec végétalisation. De ce fait, la durée de vie de la toiture est augmentée en moyenne de 10 à 20 ans.

Les rues – un espace de vie et de rencontre

Des arbres, des parterres de plantes vivaces et des bandes fleuries transforment l’espace routier en un lieu de vie et de rencontre. Ils ont un effet modérateur sur le trafic et permettent aux enfants, aux jeunes et aux adultes de se déplacer à pied ou à vélo pour aller à l’école, au travail, au sport ou encore au supermarché. Ce changement de mode de transport permet de désengorger les rues, ce qui améliore davantage la qualité de vie et diminue la pollution de l’air dans les villes.

Une meilleure qualité de l’air et une réduction notable du bruit urbain

Les arbres et les arbustes peuvent réduire la concentration de particules fines dans l’air jusqu’à 15%. La végétalisation des façades et des toitures même jusqu’à 40%! Au-delà de cette fonction de réduction des poussières fines (adsorption et absorption), les plantes filtrent également l’ozone, les oxydes d’azote et les substances organiques volatiles de l’air. Elles fixent et stockent le CO2 et produisent l’oxygène qui est vital pour l’être humain. Qui plus est, les structures végétales aident à réduire le bruit des rues de manière notable.

Important !

Pour que les arbres, les plantes vivaces et autres puissent remplir toutes ces fonctions pour notre plus grand bien, ils ont besoin de suffisamment de place (dans l’espace racinaire et au-dessus du sol), d’un substrat de qualité et de suffisamment d’eau. Sans cela, ils ne peuvent pas croître et s’épanouir et faire face aux multiples dangers et facteurs de stress imposés par l’espace urbain (sel de déneigement, urine et déjections canines, stress dû à la chaleur et à la sécheresse, humidité stagnante, parasites et maladies, pollution et dégradations par les travaux ou la circulation routière). De même, l’entretien des structures et espaces verts doit être planifié soigneusement dès le début et effectué dans les règles de l’art.